L’histoire de Samandar

Le périple d’un interprète : de la ville de Kandahar jusqu’au Canada.

Tim Laider, président du conseil d’administration du RTV, a passé une période de service dans la région de Kandahar, en Afghanistan, en tant que commandant d’équipage, commandant en second de poste par intérim, tireur de poste de tir télécommandé (PTT) et conducteur de véhicule blindé tactique de patrouille (RG-31) d’une troupe d’escorte de convoi.
Samander Khan formait les soldats de l’armée nationale afghane à l’utilisation des armes de l’OTAN lorsqu’il a rencontré le soldat canadien Tim Laidler. Photo : Photo: Globe and Mail

Samandar Khan et Tim Laidler : une amitié forgée dans la bataille.

Tim Laidler du RTV a rencontré Samandar Khan à Kandahar en 2008. Tim, un jeune caporal qui en était à sa première affectation, a pu être en sécurité grâce aux nombreuses personnes qui ont servi à ses côtés, dont Samandar, son interprète à l’aérodrome de Kandahar. Ils se sont liés d’amitié et Tim a entendu parler des dangers auxquels sont confrontés les interprètes et leurs familles. Il voulait aider Samandar et d’autres interprètes à émigrer au Canada afin d’éviter les représailles des talibans pour avoir aidé la mission canadienne.

Tim s’est donc battu pour que ses interprètes aient une possibilité d’immigrer comme celle offerte par l’armée américaine. Il a parlé et il a été entendu.

« Les Afghans ne veulent que la paix et la tranquillité d’esprit. »

En 2008, alors qu’il était encore en service, Tim a parlé au journaliste Alexandre Panetta qui travaillait pour la Presse canadienne à Kandahar. L’entrevue a eu une portée nationale au Canada et a mis en évidence les dangers auxquels sont confrontés les interprètes. Il a recommencé en 2009 et, peu après, un programme d’immigration spécial a été créé pour permettre aux interprètes afghans de venir au Canada avec leur famille immédiate. Plus de 700 familles sont venues au pays avant la fermeture du programme. Samandar et sa femme faisaient partie de ces familles ; ils étaient reconnaissants, mais s’inquiétaient souvent pour leurs parents, frères et sœurs restés au pays.

En 2021, alors que les talibans reprenaient du poil de la bête en Afghanistan, Samandar et d’autres interprètes ont organisé des manifestations pour venir en aide à d’autres anciens interprètes qui se trouvaient soudainement en grand danger dans un Afghanistan instable, en proie aux remous dus au retrait des Forces américaines. Ils ont exhorté le gouvernement canadien à rouvrir les programmes d’immigration pour les interprètes afghans et les membres de leur famille. Samandar a demandé à Tim de venir à leur rassemblement, sachant que les vétérans contribueraient à la visibilité de leur manifestation. Tim s’est présenté avec plusieurs anciens combattants.

C’est lors de cette manifestation à Vancouver que Tim a entendu parler des 18 membres de la famille que Samandar devait faire venir au Canada. Samandar savait qu’ils couraient un grave danger et qu’ils seraient ciblés en raison de son ancien travail d’interprète à Kandahar. Il avait désespérément besoin de les mettre rapidement en sécurité au Canada et a demandé à Tim de l’aider.

Tim prend la parole lors d’une manifestation organisée à Vancouver (C.- B.) en 2021 pour demander au gouvernement canadien de rouvrir les programmes d’immigration pour les interprètes afghans et les membres de leur famille.

Unir nos forces dans le cadre d’une nouvelle mission au Canada : sauver les interprètes et les familles toujours en danger.

Grâce aux généreux donateurs de cette campagne afghane, Tim a trouvé des places dans les refuges de Kaboul, organisé des évacuations terrestres vers le Pakistan, rédigé une lettre de recommandation au gouvernement canadien et contacté à plusieurs reprises l’IRCC jusqu’à ce que cette famille soit en route vers le Canada.

La mission consistant à mettre la famille de Samandar en sécurité et à la réunir à Vancouver a été un périple difficile qui s’est étalé sur plusieurs mois et qui a comporté des centaines d’obstacles. Alors qu’ils se trouvaient au refuge en août, les frères de Samandar ont tenté à plusieurs reprises d’entrer dans l’aérodrome de Kaboul par la tristement célèbre porte-Baron. La foule était trop nombreuse et finalement une explosion, qui a tué 183 personnes à l’aérodrome, a mis fin à toute tentative d’entrée. La famille de Samandar a rejoint les centaines d’autres personnes qui ont réussi à sortir par voie terrestre et qui, après des semaines d’attente dans un pays tiers, sont arrivées saines et sauves au Canada.

En septembre, neuf adultes et neuf enfants sont arrivés au pays et la famille de Samandar est maintenant réunie près de Vancouver, en sécurité et très reconnaissante envers tous ceux qui ont contribué à son sauvetage.

Une partie de la famille de Samandar qui s’est installée au Canada, janvier 2022.

« Sans le soutien du RTV, ils ne seraient pas là aujourd’hui. »

Cette histoire a commencé par une amitié entre un soldat canadien et un interprète afghan, tous deux militant pour faire venir des interprètes afghans au Canada, tous deux utilisant leur voix pour aider les personnes en danger. Ils n’auraient pas pu réaliser ce projet – la récente évacuation de la famille, en situation désespérée, de Samandar – si ce n’était de l’aide précieuse et marquée par l’emphatie des donateurs de cette campagne.

Merci à vous tous d’avoir rendu cela possible.  Nous vous sommes à jamais redevables. 

-Tim Laidler and Samandar Khan